logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/02/2013

ETIONS NOUS DES SUR GAMINS.

Ma génération, celles et ceux nés en 1950, allaient à l'école obligatoirement de 4 à 14 ans. De plus, les jours de cours étaient : lundi, mardi mercredi, vendredi et samedi de 08 h 30 à 11 h 30 et de 13 h 30 à 16 h 30. Habitant à la campagne, il n'y avait pas de transport scolaire, nous faisions 2 allers et retours représentant 5 km journalier. D'autres enfants habitaient encore plus loin que nous du chef lieu, ils emmenaient leurs repas de midi que les instituteurs leur faisaient réchauffer. Nous sommes loin des cantines actuelles où des normes draconiennes sévissent. Est ce que chez eux ces petites têtes blondes prennent autant de mesures de sécurité pour manger, permettez moi d'en douter. En plus, il n'y avait pas de vacances à la Toussaint et pour peu que cette fête tombe un dimanche nous n'avions rien. Le 11 novembre les enfants étaient présents à cette cérémonie avec des chants à interprèter. Pas plus de vacances à mardi gras. Nous n'étions même pas fatigués car le jeudi était la journée de repos que nous passions à galoper à droite ou à gauche, à faire des cabanes, à monter dans les arbres et à faire, je le reconnais volontiers, quelques bêtises. Mais nous ne nous abrutissions pas devant la télé, un jeu vidéo ou un portable. Le soir venu, à 20 heures 30 c'était extinction des feux. Je reste persuadé que notre génération vivait beaucoup mieux que l'actuelle où les jeunes possèdent la technologie dernier cri mais n'échangent plus rien. Nous pouvons les croiser ils ne nous voient pas ils envoient leur sms, désolant.... Cet écrit n'engage que moi qui suis d'un milieu ouvrier très simple et d'une famille comptant huit enfants, je suis le 4ème. Nous n'avions pas de tv, pas de la viande chaque jour, un téléphone public pour une trentaine d'habitants en ce temps là mais des parents exceptionnels qui nous ont donné tout leur amour et inculqué les règles de respect vis à vis d'autrui. Tout cela pour dire que les rythmes scolaires doivent bien être revus et corrigés, car arriver en 6ème en ne sachant ni lire ni compter me révolte./.

Commentaires

Coucou laindien !
Je me reconnais dans cette génération du baby boum , où nous allions à l'école à pieds 2 km 4 fois par jour même pas l'instit pour chauffer la gamelle , c'était comme ça et c'était pas grave on marchait à tous les temps au présent , au futur .... Tu as raison faut que ça change à l'école . Bonne soirée et bizoux !
Françoise

Écrit par : françoise la comtoise | 25/02/2013

Henri nous fait une belle note, et de plus, nous sommes de la même classe. Je partage absolument ce même avis. Je pense que nous étions plus heureux et c'est sans aucun doute. Nous avions des camarades pour jouer et non pas pour se taper dessus. Actuellement c'est le désordre total c'est la tête dans le mur.

Chez nous il a neigé qui tourne à la flotte.

Bonne nuit au bon Henri.

Écrit par : judith | 25/02/2013

Belle note, non je ne le pense pas. J'écris tout simplement ce que je ressens et surtout sans rechercher la polémique. Notre jeunesse actuelle passe à côté de très belles choses sans les voir et c'est dommage, mais nous ne pouvons plus faire machine arrière et c'est bien dommage.
Bonne journée, à bientôt.
Amicalement./.

Écrit par : Henri IV | 26/02/2013

Oui tout est bien vrai dans tout ce que tu dis, moi je n'avais pas à faire tous ces kms puisque j’étais une fille de la ville qui mangeait à la cantine ou pas.....
Mais pour tout le reste c'était du pareil au même....
Bonne soirée
Bisous
Anita.

Écrit par : anita | 25/02/2013

j'habitais la ville, et je mangeais à la cantine, mais je faisais deux fois cinq kilomètres pour aller à l'école . après le préparatoire tous les 55 gosses de la classe savaient lire et écrire (nous restions à l'étude jusque 18h 30 et commencions à 9heures )
nous faisions peu de sport et n'allions nulle part, pas de théâtre avec l'école pas de cinéma, pas de toutes ces visites dont les gosses reviennent enchantés de n'avoir rien foutu ce jour là mais ne sachant rien .
élue locale , j'ai assisté au retour d'un voyage scolaire en Alsace prépare pour une classe de cours moyen deuxième année, (payé par les subventions communales)aucun gosse n'a pu me dire dans quel coin de France se situait l'Alsace !
le jeudi nous allions à l'herbe aux lapins , nous devions éplucher les légumes et faire les courses puis en vieillissant préparer le repas prévu par maman qui travaillait , on faisait notre chambre a fond et notre grande toilette , on balayait les escaliers dès le plus jeune âge...Qu'il faille des reformes dans l'éducation nationale c'est sur mais il y en a eu des brouettes depuis que j'ai quitté l'école et les jeunes savent un tas de trucs mais la modernité nous fabrique des crétinus maximus ne distinguant pas le cheval du mouton ou de la vache quand ils mangent et ne sachant pas faire cuire une soupe.
commençons déja par leur apprendre l'économie familiale et la cuisine .
ce midi une question de jeu télé à une dame :"quel plat fabrique -t-on quand on écrase des pommes de terre avec du lait ?" la dame n'a pas su !
alors la purée mousseline en flocons et findus ont encore de beaux jours devant eux ...
amitiés

Écrit par : josette | 25/02/2013

Surpris par autant de réponses qui abondent dans le sens de la note. Je suppose que nous sommes à peu près tous de la même génération. J'ai aussi omis d'écrire que le jeudi c'était Cathé pour certaines et certains, dont ma pomme et le dimanche avec sa messe et ses vêpres qui trainaient en longueur... Nous étions heureux de ce que nous avions et vivions. Je remettrai la morale et l'instruction civique au goût du jour car sur ces deux sujets, c'est le néant total. Et en plus chez nous, l'hiver nous allumions le poêle à bois et ce bois nous l'avions, tous les élèves, empilé sous le préau en septembre. Allez faire cela maintenant, c'est la prison qui nous attend. Certains parents devraient se remettre en cause et auraient besoin d'une bonne remise à niveau. Je me vois bien leur tirer les oreilles./.

Écrit par : Henri IV | 25/02/2013

mais c'était le BAGNE ! !

comment avons nous survécu? et bien, ma pove dame, pas si mal que cela,

aucun souvenir d'avoir souffert des rythmes scolaires dont on nous rebat les oreilles,
mais quand on passait l'examen d'entrée en sixième, on en savait sans doute beaucoup plus que les élèves de première maintenant
et surtout nous étions dans l'ignorance de ce mal du temps présent cette foutue télé que je vomis!

merci pour ta note salutaire

Écrit par : fanfan du fatras | 25/02/2013

Je retrouve votre commentaire ce matin et j'y souscris totalement, et c'est vrai que l'entrée en 6 ème n'était pas automatique et qu'il y avait un examen. Maintenant CM2, sixième, niveau ou pas, mais l'on constate les dégats...
Bonne journée que je vous souhaite bien ensoleillée comme chez nous mais un peu plus chaude quand même.
Amicalement./.

Écrit par : Henri IV | 26/02/2013

Et aussi le dimanche matin la messe , mon papa nous avait dit "vous allez à la messe jusqu'à la grande communion et après vous faites ce que vous voulez" alors j'allais à la messe puis après la grande je n'y suis plus aller sauf mariages , baptêmes , enterrements et les communions des gosses . Voili , voilà une vie de gamine heureuse dans son village du Doubs ... Bizoux !

Écrit par : françoise la comtoise | 26/02/2013

Je vois que nos parents nous disaient la même chose, même si eux continuaient à aller à la messe le dimanche et nous une fois grands ados nous nous sommes plus ou moins désintéressés des problèmes religieux. Souvent aussi j'ai honte en pensant que je ne rentre dans les églises que pour des funérailles. Quand je serais élu pape, il va bien falloir que je m'y attelle !!! ./.

Écrit par : Henri IV | 26/02/2013

Née en 1952,je savais déjà lire à 5 ans.Par contre,mon fils ,malgré mes efforts désespérés pour rattraper le retard,peinait à savoir lire à l'entrée de la 6em.La faute à qui:les absences répétées,15 jours en moyenne de maladie pour l 'enseignante,la méthode globale,du par coeur,quelle idée d'apprendre des phrases par coeur,si au moins cela avait été des poésies!!!a présent,il lit parfaitement(ouf),mais pas de livre,dommage...
Bonne journée Henry
christiane06

Écrit par : christiane | 26/02/2013

Malheureusement vrai, les méthodes d'enseignement ont tellement changées que nous sommes perdus. L'an dernier je participais à l'aide aux devoirs pour des enfants en difficultés, la direction ayant changé je n'ai pas été contacté pour cette année et cela me crève le coeur d'entendre des gamins me dire Henri, quand est ce que tu reviens ? Car je vais les faire chanter... C'est comme celà, je suis content qu'ils gardent un bon souvenir, car ils se battaient presque pour que ce soit moi qui les aide.
Bien amicalement à bientôt et bonne journée./.

Écrit par : Henri IV | 26/02/2013

Et bien voilà Henri tout est dit par ces braves dames qui je pense globalement, sommes de même génération.
Enfin le soleil est revenu ce matin, alors bonne journée.

Écrit par : judith | 26/02/2013

Judith essayez d'expliquer aux jeunes ce que vous et nous avons vécu, ils en rigolent et nous prennent pour des gens des cavernes. Peut être que pour notre génération c'était poussé à l'exagération mais pour eux c'est dans l'autre sens. Pour nous un prof qui présentait 10 gamins à un concours, c'était 10 reçus, maintenant, arrive ce qui arrive.... DESOLANT.
Bonne soirée et maicalement./.

Écrit par : Henri IV | 26/02/2013

mais notre nouveau ministre va nous arranger tout cela, avec des enseignants et des syndicats bien décidés à l'aider...
Et des parents qui vont enfin prendre les choses en main et botter le c .. de leurs gamins.
J'ajouterai que j'ai connu la même vie scolaire que vous tous, avec en plus 4 années d'études supérieures à 800 km de chez moi, ne rentrant chez moi que tous les trois mois aux vacances scolaires, quasiment sans argent de poche. Je n'ai donc pas connu la belle vie des étudiants de maintenant.
Diplôme en poches à 21 ans
dominique

Écrit par : papydompointcom | 26/02/2013

Merci Dominique. J'étais en pension beaucoup moins loin et ne rentrais cependant tout comme vous aux vacances de Noël, de Pâques et grandes vacances.... Pas d'argent de poche, du moins le strict nécessaire, mais aucun regret d'avoir vécu celà. Les profs logeaient dans une aile de bâtiment qui leur était réservée, mais ils étaient toujours disponibles pour nous expliquer ce que nous n'avions pas compris en cours. Ce fait là m'a marqué à tout jamais.
Bonne soirée à un autre commentaire. Bien amicalement./.

Écrit par : Henri IV | 26/02/2013

Bonjour !

ah le passé ! il y avait beaucoup de bons moments...
Je suis toujours en activité dans le milieu scolaire.

Pas du tout !!! (je t'ai entendu... hi hi hi)

je ne suis pas institutrice (comme tu l'as sûrement pensé en lisant ma 2ème ligne de ce com')

mais je les aide beaucoup. Matériellement et mentalement, tout cela dans "l'ombre" car pas trop reconnu (financièrement) par l'état .... (un autre sujet de discussion !)

Le temps ont évolués.
Mon avis : ils ont trop de choses à faire, à voir, pendant la période scolaire. On leur apporte tout sur un plateau !!

J'essaie (en toute discrétion) de leur apporter un peu autre chose que le "matériel",
regarder un ciel bleu, un ciel gris, les feuilles qui tombent, de discuter et surtout les ECOUTER parler de leurs petits tracas
un long débat M'ssieur Henri IV !!

bise entre l'Erdre et la Loire

Écrit par : Marylène | 27/02/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique